Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 06/03/2013
Localisation : Umbar
Voir le profil de l'utilisateur

[RP] Flammes au pays des Chevaux.

le Mar 25 Fév 2014 - 17:20
[Un petit bout de roleplay suite à l'animation d'Artawen de l'autre jour près d'Edoras. Ca fait suite au meurtre de deux paysans de la région retrouvés morts près de leur ferme intacte et à l'enquête des rohirims. Je raconte ce qu'il s'est passé après, dans une seconde ferme.]

Il fut un temps où je ne me souciais guère de ce qu’il se passait en dehors de mon clan. Parfois, il arrivait que l’on s’arrête de longs mois à une oasis, célébrant telle union ou telle naissance, ou encore pleurant la mort d’un parent pendant de longs jours.

« Chantons, chantons maintenant ! » Disait mon père. Et ma mère d’ajouter « Et dansons ! »

Le temps n’avait pas prise et j’étais loin de me douter que tout près, au pied de ces tours sombres et grotesques à mes yeux, j’allais y trouver un refuge, une nouvelle vie et un nouveau destin. Et pourtant Umbar fut une révélation lors de notre première rencontre. Scintillante et éblouissante, je n’ai jamais perdu cette image de Cité des sables. Elle dominait les dunes de sa splendeur et je n’osais regarder les porteurs et leurs majestueuses litières, toutes de soies et de dorures étincelantes.

Hier fille, aujourd’hui femme. Je n’ai jamais su perdre la liberté que n’a pas osé m’arracher mon Cygne. Aussi comme un oiseau, je m’efforce d’apporter un peu de réconfort aux gens qui de leur sacrifice ont su protéger notre Joyaux des dangers. Parfois je me surprends à me demander si ces âmes perdues du pays des Chevaux avaient réellement mérité leur sort, leurs corps inertes calcinés par les flammes, comme le veut la tradition haradrim.

Ils m’ont vu. N’est-ce pas là une raison suffisante ? Le secret a toujours été quelque chose que nous nous ne pouvons nous permettre de perdre, encore moins en dehors de désert. Et, chaque fois que quelqu’un utilise mon nom pour me désigner, je n’ose imaginer quels secrets ont filtré à travers les dunes.

Et pourtant ce doute, aussi insignifiant que bien réel m’envahit. Ce petit garçon de ferme m’avait cru et ses pupilles, brillantes, s’étaient illuminées alors que je lui racontais que le Roi d’Edoras m’envoyait. L’espace d’un instant j’allais le prendre dans mes bras et de pitié, cacher à sa vue la dépouille du paysan qui gisait près de son étable, une entaille aussi longue que mon avant-bras à la gorge.

L’emmener loin, aussi loin que le permettaient nos jambes et le soustraire à cette vue. Il ne se rendit compte de rien alors que mes doigts agiles sectionnaient la nuque de l’enfant dans un bruit sec. Non, je ne veux pas ressembler à ces immondes créatures du Mordor. Et quand bien même cet enfant faisait partie de « l’ennemi », il est des choses que je ne peux pas faire subir à un si petit être.

Sur le petit navire qui me ramène chez moi en descendant l'Isen, j’entends encore Imladris crier ses ordres aux matelots à bord et au loin, j’ai comme l’impression d’entendre un cri déchirant, celui d’une bête … D’un geste, je chasse les mauvaises pensées qui m’envahissent, aussi contradictoires soient-elles, et je pose mon regard sur cet océan bleu qui nous fait face.

Un autre joyaux de la Terre.

Madi~~
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum