Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 06/03/2013
Localisation : Umbar
Voir le profil de l'utilisateur

[BG] Madî Caldaher

le Mer 7 Mai 2014 - 17:56
[Quelques notes HRP nécessaires pour la compréhension.

Kali Gimilnîtir est une nùménoréenne créée à l'époque pour CTM 2. Son histoire est étroitement liée à celle de Tarad Amon, mon principal personnage sur CTM, qui était un haradrim. Le seul du module d'ailleurs puisque CTM était exclusivement axé sur la partie nord des Terres du Milieu. La pointe la plus au sud était Tharbad.

Pour faire court, Madî est l'une de ses descendantes des descendantes de Tarad (j'ai pas mal profité du décalage d'époques entre les deux modules).

Le texte suivant est un extrait du background de Kali que j'ai retrouvé]

----

Extrait du journal de voyage de Kali Gimilnîtir tiré du chapitre "Mes origines."

Le ciel est constellé d'étoiles, elles brillent, si solitaires et pourtant si nombreuses. Les bruits, provenant de la faune et de la flore nocturnes presque absentes, apaisent plus qu'ils ne font peur et le cliquettement des bagages qui s'entrechoquent ajoute à la mélodie nocturne un petit quelque chose de rassurant.

Le vent glacé du désert souffle sur le visage des voyageurs et transperce les couvertures, tels des pics glacés. Pourtant les hommes du désert avancent, plantés à dos de chameaux ils traversent une très large mer de sable. L'une des montures porte sur son dos deux passagers emmitouflés dans du tissu. il s'agit d'un homme et d'une petite fille. Placée à l'avant, la haradrim a posé sa tête contre le torse de son compagnon qui semble lui glisser à l'oreille quelques histoires passionnantes.

Cette fois-ci il lui conte le récit d'un homme valeureux, défendant corps et âmes la cause qui lui semblait juste. Il était accompagné de quelques autres et leur mission première était de retrouver l’un des leurs. Il s’agissait d’un guerrier de noble lignée et chacun des hommes et femmes partis à sa recherche ne retrouva jamais sa trace. On les nomma les 7 Compagnons, et seul l’un d’entre eux survécut.

C'est une vieille histoire oubliée que même les plus vieux bardes ne chantent plus dans les campagnes ni même les cités. Cet homme téméraire était, d'après ce que l'on raconte, un guerrier endurci élevé au plus profond du Harad à la manière des nomades, il maniait lances et arcs et s’était établit dans le légendaire royaume d’Arnor, dévoré à l'époque par les séides d‘Angmar et aujourd’hui disparut. On raconte qu’il s’y forgea la réputation d’un guerrier redoutable, respecté de ses alliés et craint de ses ennemis.

Jamais il ne perdit de vue son objectif premier et, pour y arriver, il décida de fonder une ancienne guilde, nommée la Guilde du Serpent Noir. D’abord établit à Tharbad, il subsitait néanmoins des racines profondément ancrées  dans les rues de Fornost, la plus belle et la plus vaste Cité d’Arnor.
Néanmoins, cette organisation disparut bien avant la chute d’Arnor. Il n’est pas dit comment elle sombra mais d’après la légende, notre guerrier recueillit un vieil homme fatigué sous son aile et tout deux arpentèrent les Royaumes du Nord côte à côte. Le guerrier, vieillissant, mourut vaillamment au cours d'une bataille tandis que son compagnon semblait toujours aussi jeune. C’était en fait un noble nùménoréen et ce dernier jura au guerrier défunt de retrouver ses descendants disparus, coûte que coûte jusqu'à sa propre mort, en mémoire de leur amitié commune.

Bien des années plus tard, le loyal nùménoréen retrouva la descendance du haradrim décédé et leur conta son histoire : l’histoire d’un homme tourmenté par la guerre et la mort de ses amis. Ses enfants remercièrent le vieil homme avec beaucoup d’émotion et lui jurèrent allégeance pour avoir respecté la promesse de leur ancêtre défunt.

Depuis ce jour les deux familles travaillent ensemble à Umbar, loin du royaume d’Arnor et loin de la sépulture du guerrier oublié. Ils content l’histoire de ce valeureux guerrier depuis des générations et jamais les deux familles n’oublieront cette tragédie. L’histoire d’un homme, l’histoire de deux familles étroitement liées : Les Ar-Gimilzor et les Amon.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum